Having A Rave Up (1965)



...

1. Mr. You're a Better Man Than I
2. Evil Hearted You
3. I'm a Man
4. Still I'm Sad
5. Heart Full of Soul
6. Train Kept a Rollin'
7. Smokestack Lightnin'
8. Respectable
9. I'm a Man
10. Here 'Tis





L'aura qui entoure les Yardbirds est en grande partie due à son histoire, du passage iconique dans Blow Up, aux guitaristes ultra célèbres qui ont façonné sa réputation : Eric Clapton, Jeff Beck et Jimmy Page. Rien que ça. Il est difficile toutefois de ressentir l'influence des ces génies sur le répertoire des Yardbirds lors de leurs périodes respectives dans le groupe. Eric Clapton sera carrément plus génial en tant que Derek et dans une moindre mesure avec Cream. Je n'ai jamais été un grand admirateur de Jeff Beck mais son trip de jazz fusion au milieu des années 70 m'apparaît nettement plus intéressant. Quant à Jimmy Page. Led Zeppelin quoi. Les Yardbirds c'est quoi en comparaison ? Un groupe de blues rock garage qui a suivi le sillage des Rolling Stones en interprétant des morceaux qu'il n'a même pas composés. On note toutefois une volonté de proposer une approche légèrement différente du genre. Si l'on a droit aux éternelles reprises un peu gonflantes comme I'm A Man ou The Train Kept A Rollin' sur le mode « qui fera le plus de bruit et donnera dans la morgue fougueuse la plus convaincante », on trouve aussi des morceaux plus originaux comme l'excellent Mr. You're a Better Man Than I. Le son est plus léger, la mélodie plus entraînante, presque pop, alternant entre chant clair et accélérations plus menaçantes pour un résultat d'une étonnante maîtrise et d'un charme indéniable. D'autres titres comme Evil Hearted You et Heart Full of Soul suivent le même chemin et apportent enfin de la fraîcheur dans un univers blues rock stéréotypé, où tous les albums des groupes de l'époque se ressemblent. Les choeurs en fond sonore dénotent de manière plaisante, et l'effort d'écriture dépoussière le genre sans en renier l'énergie. Et tant pis si l'on doit subir le presque horrible Still I'm Sad, unique composition du groupe, qui se voit un peu trop grand et trop beau pour ce qu'il est. L'abus de choeurs grandioses vire ici au pathétique, mais saluons la démarche d'un groupe qui expérimente.

Malgré ces tentatives plus ou moins réussies, les Yardbirds ont du mal à m'emballer. Le groupe reste attaché à ses racines blues qui rabaissent constamment sa musique à la hauteur des innombrables bandes de jeunes qui envahissaient la scène anglaise de l'époque. Dans ce registre ils ne font pas mieux ni pire que les autres. Par ailleurs, la structure bancale de Having A Rave Up n'arrange pas les choses. A la base, le disque était censé compiler les morceaux sortis en 45 tours, mais comme cela n'était pas suffisant pour garnir un 33 tours, il a été décidé de rajouter quatre morceaux issus du précédent disque live du groupe. La première face (avec Jeff Beck à la guitare) est de loin la plus intéressante car elle montre un groupe en train d'évoluer et de chercher de nouvelles influences. La seconde face (avec Eric Clapton encore à la guitare à ce moment-là) est des plus banales, on est en plein dans le concert type du groupe de british blues boom qui joue avec énergie mais sans génie. Alors Respectable c'est assez entraînant et sympathique mais il est difficile de ne pas chasser l'impression d'écouter un groupe de blues rock générique. Sans parler du son, qui passe d'un truc à peu près propre en studio lors de la première partie à une ambiance saturée un peu à l'arrache lors des morceaux en concert. Mon tort est sans doute de ne pas savoir apprécier le blues rock de cette époque, mais c'est plus fort que moi, j'ai toujours l'impression d'écouter le même groupe jouer la même chose quel que soit le combo. Les Yarbirds font preuve d'un peu plus de créativité mais celle-ci est tout de même bien rare.