A Hard Day's Night (1964)



...

1. A Hard Day's Night
2. I Should Have Known Better
3. If I Fell
4. I'm Happy Just to Dance With You
5. And I Love Her
6. Tell Me Why
7. Can't Buy Me Love
8. Any Time at All
9. I'll Cry Instead
10. Things We Said Today
11. When I Get Home
12. You Can't Do That
13. I'll Be Back


Ce disque fait suite à With The Beatles et n’apporte pas grand-chose de plus, malgré le fait que tous les titres soient désormais composés par John Lennon et Paul McCartney. Comme son nom l’indique, cet album a au moins le mérite de contenir l’excellent A Hard Day’s Night, tube incontournable, ainsi que le non moins connu Can’t Buy My Love, deux morceaux qui survolent allègrement le reste des chansons. Je ne sais jamais si le fait d’avoir entendu ces tubes plus que de raison les rend inévitablement plus éclatants, ou s’ils sont vraiment meilleurs que le reste des titres. Je penche néanmoins pour la seconde solution car si d’autres morceaux arrivent à s’élever au niveau des tubes du groupe cela se remarque, comme le prouve It Won’t Be Long sur le disque précédent. Mais sur A Hard Day’s Night rien ne rivalise avec les deux titres phares, ce qui me fait dire, une nouvelle fois que la première période des Beatles n’est clairement pas la plus palpitante. Certes on peut trouver des morceaux sympathiques, mais cela reste trop gentil, sans génie particulier, les titres de deux minutes s’enchaînent les uns après les autres, comme dans une usine de tubes préfabriqués. Je trouve que la musique manque de personnalité, le groupe livre en fait les chansons que l’on attend de lui : une musique pop conçue pour conquérir les stades et faire danser les foules, et les adolescents surtout. L’univers du groupe reste donc très proche du rock ‘n’ roll originel, avec une pointe de mélodie à peine plus élaborée, mais finalement similaire au niveau de l’esprit et de l’approche de composition. Et si le rock ‘n’ roll c’est sympathique, au bout de quatre ou cinq morceaux on a quasiment tout entendu.

Avec les Beatles première période c’est pareil, ou presque. De cela découle également un aspect rustaud trop vite redondant, loin des mélodies ludiques et de la richesse des arrangements que le groupe va concocter à partir de Revolver. C’est surtout cela qui me manque le plus dans la première période, les Beatles ne s’extirpent pas de leur moule pop rock ‘n’ roll formaté, il n’y a pas d’évasion, peu de nuances, d’émerveillement et de richesse. Quand il y a une mélodie punch comme c’est le cas sur les tubes classiques, la formule marche du tonnerre, mais quand c’est moins inspiré, l’efficacité n’est pas vraiment au rendez-vous et il n’y a pas toutes les astuces amusantes et décalées ainsi que les sons qui vont donner vie aux titres futurs les plus banals du groupe (et dieu sait qu’il y en a beaucoup sur les albums suivants, même à partir de Revolver). Alors c’était sans doute révolutionnaire pour l’époque car le groupe a imposé des standards dans la musique populaire (ne serait-ce que la notion d’auteur/compositeur/interprète, en s’affranchissant des reprises), et qu’il subsiste malgré tout quelques bons morceaux (en fait le disque n’a pas de mauvais morceaux, il faut juste adhérer au style assez rétro), mais les premières œuvres des Beatles ont quand même drôlement vieilli. De toute manière j’ai l’impression que la musique pop/rock commence à devenir vraiment intéressante en 1965 et puis surtout en 1966, au moment où l’on sent qu’elle arrive enfin à affirmer sa propre identité sans rien devoir à personne (moins que les années d’avant en tout cas) et je ne dis pas cela uniquement à cause de Revolver car bien d’autres groupes ont pris le train en marche au même instant.