Gourmandises (2000)



...

1. Moi... Lolita
2. Lui ou Toi
3. L'Alizé
4. J.B.G
5. Mon Maquis
6. Parles tout Bas
7. Veni Vedi Vici
8. Abracadabra
9. Gourmandises
10. À quoi rêve une jeune Fille





Je mentirais en disant qu’Alizée représente bien plus qu’un simple souvenir nostalgique émoustillant de ma jeunesse adolescente révolue. Et je dois avouer que c’est avec une curiosité un peu mal placée que j’ai voulu découvrir pour de vrai le premier album de la chanteuse sorti à l’époque du fameux tube Moi… Lolita. Cette chanson définit Alizée presque à elle toute seule, et le clip qui l’accompagnait a marqué durablement le petit adolescent que j’étais à ce moment, car il y avait largement de quoi émoustiller, suffisamment pour tomber amoureux d’Alizée. D’ailleurs, et encore plus avec le recul, ce clip reste ambigu et dérangeant, je trouve, car on a l’impression qu’Alizée pourrait se faire violer à chaque seconde dans cette boîte de nuit moite et même qu’elle pourrait y prendre du plaisir (on pourra me dire que c'est un peu le thème de la chanson mais quand même). C’est un peu flippant et malsain, mais j’imagine que c’est aussi cet univers de femme-enfant qui a fait le succès d’Alizée (mais bon, ça n’en reste pas moins dérangeant, à mon sens, au contraire).

N’empêche Alizée avait seulement 16 ans à l’époque, pourtant on dirait qu’elle a chanté toute sa vie et semble déjà rodée à l’exercice. Je trouve sa voix étonnamment mûre, sûre d’elle, avec un petit timbre voilé sexy qui marche encore à merveille. Quand j’entends Moi… Lolita je redémarre comme à l’époque. A vrai dire, sa voix semble ne pas avoir changé depuis le temps. Evidemment Alizée n’est pas vieille (elle n’a que 26 ans après tout) mais en 10 ans son timbre n’a pas vraiment changé. Bref, mis à part Moi… Lolita qui est un tube dance pop efficace qui, quoi je puisse faire, aura toujours un petit effet sur moi, que contient vraiment Gourmandises (le titre fait aussi tout pour donner envie de l’écouter, sans parler de la pochette) ? On peut déjà compter les autres tubes, à peine moins célèbres que Moi… Lolita, à savoir l’Alizé et Gourmandises qui n’ont pas la rengaine efficace et marteau piqueur de Lolita mais s’en sortent de manière honorable (surtout le léger l’Alizé, car les refrains de Gourmandises sont un peu gerboulants alors que les couplets sont plutôt funs). En fait Gourmandises est un disque de pop aux relents electro, légèrement dance, ce qui m’a plutôt surpris. Même Lolita possède des arrangements assez ouvertement dance, avec des effets electro et une ambiance synthétique un peu cheap, alors que dans mes souvenirs la chanson était plus simple et percutante, moins superficielle (enfin, je me comprends). Tous les morceaux naviguent en réalité dans cette ambiance un peu synthétique, pour ne pas dire un peu kitsch, dans le genre que l’on pouvait produire durant les années 80 en pleine période synth-pop.

A ce niveau on sent évidemment l’influence de Mylène Farmer qui avait pris Alizée sous son aile, au point d’en faire sa disciple ou son ersatz, au choix. Un morceau comme Parler Tout Bas aurait pu être chanté par Mylène Farmer, par exemple. Bref, en toute logique, cette musique devrait me filer des boutons, avec tous ses effets has been (JBG, un morceau que l’on dirait tout droit sorti des années 80 (dans le genre A Cause Des Garçons), les compile, mais on peut aussi mentionner l’introduction de Veni Vidi Veci, les miaulements de chat et le son moche du piano d’Abracadabra ou les refrains de Gourmandises, une nouvelle fois) et ses boîtes à rythme à côté de la plaque, mais je ne sais pas, j’arrive à la supporter, je suis peut-être trop indulgent avec Alizée qui annihile ma capacité de jugement, purement et simplement. J’apprécie la fille, je le trouve mignonne, irrésistible, trop touchante, encore plus quand elle se met à chanter, car j’aime sa voix, oui. Même un truc bien horrible, il faut l’avouer, comme Mon Maquis avec son chant rappé ne me donne pas la gerbe, c’est dire ! En fait c’est ça, la musique dans son ensemble est bien naze, et accumule un tas de trucs pas bien terribles qui ne me bottent pas du tout, mais la voix d’Alizée donne une touche de légèreté naïve qui relègue tout le bazar cheap au rang de truc futile et sans importance, ce qui fait que la musique n’est jamais aussi plombante et à côté de la plaque qu’elle devrait l’être.

Si j’avais vraiment du courage (plus qu’il ne m’en a fallu pour me plonger dans Gourmandises), je m’écouterais d’autres albums dance pop FM de chanteuses françaises sortis durant les années 2000, histoire de pouvoir affirmer avec sérieux (mais est-ce possible de toute façon ?) qu’Alizée est sans doute la meilleure chanteuse du genre que l’on ait connu en France. Mais je ne pense pas qu’il soit nécessaire d’écouter Priscilla ou Lorie pour se rendre compte qu’Alizée les met à l’amende les doigts dans le nez. Bon, je ne dis pas que Gourmandises est un disque fabuleux, il traîne quand même quelques boulets inhérents au genre (JBG, Mon Maquis, Abracadabra, voire le mélo guimauve de Parler Tout Bas et A Quoi Rêve Une Jeune Fille), mais encore une fois, la voix d’Alizée est là et c’est tout ce qu’il y à dire. Définitivement de la bonne soupe dance pop FM. A ne pas trop écouter quand même sinon gros risque d’overdose et/ou de mal de tête par excès de guimauve dégoulinante mais ma foi, est-ce pire que les trucs pop boursouflés des années 60 ou 80 ? Oui ? Oui, peut-être. Disons que j’ai écouté Gourmandises quelques fois pour me faire une idée précise sur la chose, ce ne fut pas aussi déplaisant que j’aurais pu l’imaginer mais je crois au final que je n’écouterais plus jamais ce disque. Mais je peux en dire autant de Behaviour des Pet Shop Boys.