Legend Of Mana (PS)




Legend Of Mana fait partie de la fameuse série des Seiken Densetsu qui a débuté avec Mystic Quest sur Gameboy et s'est poursuivi avec Secret Of Mana et Seiken Densetsu 3 sur Super Nintendo. A la différence de ces titres, Legend Of Mana abandonne quelque peu l’aspect aventure scénarisée pour une progression plus morcelée et séquentielle composée d’une multitude de quêtes diverses et variées. On débute le jeu sur une carte vierge, il faut alors déposer un item à l’emplacement que l’on désire pour faire apparaître un lieu (la maison du héros pour commencer) dans lequel on peut ensuite pénétrer pour accomplir des actions et débloquer des quêtes. Certaines quêtes délivrent de nouveaux items à placer sur la carte pour faire apparaître de nouveaux lieux, et ainsi de suite. On compose donc le monde comme on le souhaite, en plaçant les environnements de manière arbitraire. Leur emplacement influe apparemment sur le niveau de magie (on retrouve les divinités élémentaires typiques de la série) mais j’avoue que je ne suis pas préoccupé de cela car le jeu n’invite pas trop à se pencher sur cet aspect.





Le jeu se compose d’une multitude de quêtes (68 pour être précis) que l’on débloque en causant aux personnages peuplant les différents lieux. On n’a aucune véritable indication sur ce qu’il faut faire, on est libre de faire ce que l’on veut et d’aller n’importe où. Les quêtes se déclenchent un peu par hasard quand on parle au bon personnage ou parfois directement quand on pénètre dans un lieu. On est averti du déclenchement de la quête avec l’apparition d’un titre à l’écran indiquant la thématique de la quête. Rien n’oblige à accomplir la mission dans l’instant, on peut très bien continuer à se balader ailleurs et même à découvrir de nouvelles quêtes, avant de reconcentrer ses efforts sur la quête précédente. Toutes les missions débloquées sont répertoriées dans le menu (mais seul le titre de la quête est affiché, pas sa description ni son avancement, ce qui est bien dommage). Certaines quêtes sont très simples et s’achèvent en quelques minutes mais d’autres sont beaucoup plus complexes et s’étalent sur plusieurs lieux et impliquent un paquet de personnages. La plupart des quêtes n’ont pas de lien entre elles mais d’autres tissent un scénario plus élaboré qui se développe sur plusieurs quêtes. Ainsi on ne peut pas dire que Legend Of Mana possède un véritable scénario mais certaines quêtes sont plus poussées que les autres. En fait la véritable matière du jeu ce sont les nombreux personnages que l’on rencontre. Le personnage que le joueur incarne est un avatar interchangeable qui n’a pas vraiment de personnalité (il ne parle pas) et s’efface derrière les histoires des personnages secondaires auxquelles il assiste dans le rôle du spectateur actif. La plupart de ces personnages sont travaillés (notamment grâce à un design très réussi) et se révèlent attachants, parfois pour leur simplicité, parfois pour leurs motivations plus complexes ou leur attitude obscure. Malgré la multitude de personnages ils sont presque aussi marquants les uns que les autres.





Legend Of Mana est un jeu vraiment ambitieux sur ce point. Sa structure bardée de quêtes essaie de donner l’impression d’évoluer dans un univers vivant, surprenant et réactif. Quand on pénètre dans un lieu pour la première fois on peut être sûr de tomber sur un nouveau personnage et une quête à accomplir, mais il faut revenir plusieurs fois dans les environnements pour trouver de nouvelles choses à faire, chaque quête accomplie déclenchant alors de nouveaux évènements un peu partout sur la carte. C’est une approche audacieuse mais, à mon sens, c’est aussi un des principaux défauts de Legend Of Mana. En fait, on est noyé sous une masse d’informations et il est difficile de deviner comment débloquer et accomplir certaines quêtes. Si on veut tout faire soi-même, sans aide, il faut revenir sur des lieux déjà explorés et les fouiller derechef, en espérant tomber sur un évènement amenant une nouvelle quête, car aucune indication n’est donnée au joueur. Réaliser toutes les quêtes, ou ne serait-ce que la moitié, sans aucune soluce me paraît bien compliqué. Mais se servir d’une soluce est frustrant car cela gâche en partie le charme du jeu et le fait d’être surpris et content quand on tombe sur une nouvelle quête un peu par hasard. Personnellement je n’ai pas eu le courage de tourner en rond pour trouver des quêtes tout seul. A partir du moment où je me suis retrouvé bloqué sans savoir quoi faire je me suis servi d’une soluce pour débloquer d’autres quêtes. Je crois que c’est le truc principal qui me gêne avec Legend Of Mana. Je ne vois pas comment on pourrait remettre en cause l’ambition du jeu de proposer un univers riche et foisonnant mais, en même temps, je trouve que cela ne marche qu’à moitié, à cause du principe même de l’exploration totalement libre et aléatoire. En tout cas, ce que l’on ne peut retirer au jeu c’est son univers sublime et attachant au possible. Les graphismes sont magnifiques et on se promène dans les environnements avec grand plaisir, l’atmosphère fantasy qui s’en dégage étant savoureuse au possible.





On sent d’ailleurs que Legend Of Mana mise vraiment tout sur son univers et ses quêtes quand on voit la tronche du système de combat très succinct. Dans la grande tradition de la série, les combats sont en temps réel même si, cette fois-ci, dès que l’on rencontre un ennemi on est maintenu dans une aire délimitée (impossible de s’esquiver en s’éloignant de l’adversaire car on peut pas quitter l’écran). On peut s’équiper de diverses armes (épées, lances, haches, arc…) et d’armures que l’on trouve dans des coffres ou dans les magasins. On peut également se faire accompagner d’un personnage secondaire qui nous propose son aide, ce qui est parfois nécessaire pour accomplir certaines quêtes. Un animal de compagnie peut aussi nous accompagner, mais il faut au préalable avoir capturé un œuf et l’avoir nourri pour le faire grandir. Les combats sont très bourrins et d’une facilité déconcertante. On peut faire des combos avec les armes en appuyant sur le bouton d’attaque avec le bon timing. A force de taper une barre se remplit, une fois pleine on peut déclencher une super attaque que l’on doit au préalable assigner aux touches R et L. On peut en outre effectuer quelques mouvements spéciaux comme des sauts arrière, des bousculades pour étourdir l’ennemi ou un super saut. Il est possible d’apprendre de nouveaux mouvements à force de s’en servir. Mais, honnêtement, je ne vois pas l’intérêt de proposer autant de possibilités car elles sont tout simplement inutiles et superflues tant les combats sont très faciles. Les ennemis ne sont pas très résistants, même les boss ne tiennent pas plus de deux ou trois minutes contre nos assauts répétés. C’est très étrange, on a l’impression que les combats ne sont là que par principe, ils semblent vains, juste pour la déco. Un peu comme une coquille vide. Un constat que l’on peut étendre quasiment à l’ensemble du jeu qui est bourré de détails et de possibilités pour le moins inutiles. On peut ainsi mentionner le fait de cultiver des graines dans son jardin, d’élever des animaux de compagnie, de collectionner des instruments pour capturer des divinités élémentaires en les amadouant, de forger des armes, j’en passe et des meilleures, mais non seulement toutes ces possibilités sont obscures et pesantes à maîtriser mais ne servent strictement à rien. Disons qu’elles participent à la richesse de l’univers mais elles sont uniquement destinées aux joueurs qui adorent Legend Of Mana et veulent passer des heures et des heures à en explorer tous les recoins même si cela ne mène pas à grand-chose. Le jeu peut être fini en à peine plus de 10 heures une fois que l’on peut faire apparaître l’Arbre de Mana, mais certains pourront passer une centaine d’heures à se balader partout par pur plaisir.





Legend Of Mana est un jeu difficile à cerner. L’impression globale qu’il me laisse est celle d’un jeu creux, très répétitif et assez monotone. On passe la majeure partie de son temps à arpenter les différents niveaux qui sont en fait autant de donjons (mises à part quelques villes) certes jolis voire magnifiques avec des graphismes foisonnants mais qui possèdent un level design très pauvre et sans grand intérêt (les énigmes sont très rares et peu inspirées). Les décors, même s’ils sont beaux, ont tendance à se répéter ce qui n’est pas très pratique pour se repérer dans le dédale des chemins (d’ailleurs, il est parfois difficile de savoir par où passer tant les graphismes sont riches au point d’en être déroutants). On parcourt les niveaux, on cherche donc son chemin, on latte les ennemis en cours de route, jusqu’à boucler la quête soit en trouvant enfin le bon personnage à qui parler, soit en battant un boss gigantesque et impressionnant mais très facile. Legend Of Mana en met plein les yeux, c’est indéniable, mais l’expérience de jeu reste limitée et pas très passionnante, et ce que l’on prend plein les yeux, c’est surtout de la poudre. L’univers, les histoires et le charisme des personnages secondaires sont les seules choses qui donnent vraiment envie de poursuivre l’aventure. C’est juste dommage qu’il soit difficile d’accomplir toutes les quêtes seul sans se servir d’une soluce. Ce que je trouve le plus gênant finalement dans Legend Of Mana c’est le paradoxe existant entre l’originalité du jeu, et son identité très forte qui transparaît à travers sa progression atypique, et l’aspect impersonnel qui ressort du gameplay, du level design et donc, par conséquent, du plaisir et des sensations de jeu. Legend Of Mana est à la fois bourré de vie et sans âme. Les idées intéressantes voire audacieuses sont là, mais pas le plaisir de jouer. En fait Legend Of Mana annonce la suite de la série, notamment les volets Sword Of Mana (même si ce jeu est censé être un remake du premier épisode sorti sur GB) et Children Of Mana. Outre le style graphique commun à ces trois jeux, le premier possède un paquet de possibilités inutiles issues de Legend Of Mana (les graines, la forge) et le second s’apparente plus à un jeu d’action avec des niveaux découpés qu’à un jeu d’aventure à l’ancienne dans la lignée des premiers Seiken Densetsu. Je trouve que cet héritage, sympathique mais guère brillant, rend compte mieux que tout de la qualité mitigée de Legend Of Mana qui a imposé des standards à une série qui semble incapable de renouer avec la véritable gloire de ses épisodes fondateurs.